mercredi 8 avril 2015

7. Rachel

Frêle et fière à la fois, la pureté de sa diction est d’autant plus étonnante que son fort accent lui interdisait peu avant les grands rôles. Le succès, si versatile, ne se dément jamais, tout au long d’une carrière de deux décennies et ne s’éteint pas même avec sa mort. Talent, ascension, jeunesse, utilisation de la presse et mort prématurée de consomption, à trente-sept ans, alimentent son aura. Incandescente de retenue sur scène, elle est l’actrice classique que tous les romantiques rêvent de voir jouer dans leurs pièces révolutionnaires, au premier rang desquels Alfred de Musset.
Comme Christine de Pizan, Rachel, Elisabeth Félix, ne naît pas en terre de France. La Suisse, patrie de Rousseau, et l’auberge du Soleil d’or, l’accueillent le 21 février 1821. Deuxième enfant d’un colporteur juif et saltimbanque, Rachel passe son enfance misérable en Alsace, où elle chante dans la rue, récite des poèmes et mendie avec ses sœurs. Installée à Paris, à seize ans, elle mène une vie de comédienne demi-mondaine et fait ses débuts. A dix-sept ans, elle entre au Théâtre français, où elle connaît un succès immédiat dans le rôle de Camille. La recette explose passant de moins de huit cents francs le premier soir à plus de six mille par soir quelques semaines plus tard. La musique des vers vient du cœur. L’exploit est d’autant plus étonnant que durant cette seule première année parisienne, l’enfant illettrée apprend à lire, écrire et prononcer le français sans accent, offrant au théâtre classique ébranlé par la querelle des anciens et des modernes, dont Victor Hugo, Musset ou Théophile Gauthier sont les fers de lance, de revenir en grâce. En 1843, Théophile Gautier écrit après le triomphe de Phèdre, Mademoiselle Rachel a fait assez pour les morts illustres. N’est-il pas triste qu’il n’y ait qu’une seule jeune fille qui sache dire des vers et que jamais elle n’en ait prononcé un seul de tous ceux que la génération présente répète et sait par cœur ? Or, Rachel ne dédaigne jamais les dramaturges contemporains, avant Phèdre, la comédienne est toute prête à jouer dans la pièce de Lamartine, Toussaint-Louverture, quand son père apprend que le rôle est celui d’une métisse. Mineure et soumise à la volonté paternelle, la comédienne est contrainte de le refuser.
Elle a vingt ans quand la très prude reine Victoria la reçoit en hôte de marque. Deux ans plus tard, Phèdre d’anthologie, elle rencontre le petit fils de Napoléon, le comte Colonna Walswski, et lui donne un fils, reconnu l’année où Flora Tristan meurt. Lors de la Révolution de février 1848, Rachel qui vient de donner deux mois plus tôt naissance à un second fils, chante La Marseillaise sur la Place des Vosges quand son voisin, Victor Hugo, hisse le drapeau tricolore. Contrairement à lui, sa véritable ferveur républicaine bascule vers le bonapartisme après le coup d’état de 1851.
Durant toute sa carrière, l’actrice multiplie les tournées et les photographies-cartes postales qui assurent sa notoriété et celle de la France, en Belgique, Angleterre, Prusse et dans l’Empire austro-hongrois. Ce grand tour de 1850, est augmenté quatre ans plus tard de spectacles à Varsovie, Saint-Pétersbourg  et Moscou. Enfin, l’année suivante, Rachel est la première comédienne française à entreprendre une tournée américaine. Périple dont rêve une jeune admiratrice de onze ans, Sarah Bernhardt. Morte au Canet, la tragédienne est ramenée à Paris où une foule immense vient se recueillir place des Vosges où son corps est exposé, avant que le cortège ne s’ébranle vers le carré juif du Père Lachaise.

Rachel 1821-1858

Chery J., Mademoiselle Rachel en Amérique, 1855-1856, Mercure de France, 2008
Chevaley S., Rachel et les romantiques, in Persée, 1982 vol.12 n°38
Costume d'Esther de Mademoiselle Rachel, Hautecoeur Martinet Ed. 1839, in Gallica, BnF
Hoog A.H., Rachel, une vie pour le théâtre, Biro A. 2004
Heylli d' G., Rachel, d'après sa correspondance, Librairie des bibliophiles, 1882, in Gallica, BnF
Mantel, A-P, Rachel - Détails inédits, Paris Delahays, 1858





Aucun commentaire:

Publier un commentaire

Remarque : Seul un membre de ce blog est autorisé à enregistrer un commentaire.